samedi 23 juin 2012

Les enfants du paradis (1/2)

Gustav KlimtLes deux enfants se promenaient main dans la main dans le verger luxuriant. Ils ne se connaissaient que depuis quelques heures, mais semblaient déjà tout savoir l’un de l’autre. Étrange sensation ! Réminiscences d’un passé commun ou appréhension immédiate ? Le serpent Tanas se faufilait au milieu des hautes herbes. A la recherche d’une proie, mais aussi à l’affût d’éventuels prédateurs. Rats et souris abondaient pour son plus grand plaisir, malheureusement les rapaces aussi.

Le jeune couple s’assit auprès d’un arbre. Ils se frôlèrent, s’embrassèrent longuement et se murmurèrent leur amour. Pas d’évocations de leur passé, pas de projets pour leur avenir. Seul comptait l’instant présent, l’instant magique de leur rencontre. Le serpent ressentit une présence lointaine. Difficile pour lui d’évaluer la consistance de cette présence. Proie ou prédateur ? Il s’enroula et resta immobile.

Le garçon déshabilla lentement sa compagne. Elle le dévêtit fougueusement. Ils se relevèrent pour se contempler, émerveillés de découvrir leur amour à nu. Ils chantèrent et dansèrent, étroitement enlacés. Cupidon céda la place à Éros et leur danse devint étreinte. Rassuré, le serpent reprit sa reptation silencieuse. Son corps traça de longues circonvolutions parmi les fougères et les feuilles mortes. Il avançait vers la présence qu’il ressentait de toutes ses écailles.


Auteur : Marc Duclos



Articles liés

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Best WordPress Themes