samedi 26 mai 2012

Mourir et laisser vivre (1/2)

La planète Mars
Venus d’Andromède, les extraterrestres débarquèrent sur notre planète par une belle journée ensoleillée de printemps. Le 20 avril 2012 pour être précis. Un bon millier de fusées en forme de nuages atterrirent par vagues successives d’une dizaine d’engins. En plein milieu du Sahara. Les troupes de choc sortirent les premières et prirent position autour des fusées. Un périmètre de sécurité d’environ cent kilomètres fut ainsi délimité, formant un barrage infranchissable. Les Martiens, vêtus de scaphandres d’un vert étincelant (afin de se préserver de l’atmosphère terrestre, délétère pour leur organisme), ressemblaient à des agglomérats d’ossements de dimensions diverses, entremêlés les uns aux autres et munis de tentacules sur leurs articulations.

Surpris du désert qui les entourait (de Mars, leurs capteurs avaient décelé sur Terre une forme de vie assez intense), les soldats hésitaient sur la marche à suivre. Leurs savants, heureusement, avaient prévu un appareillage sophistiqué permettant la recherche de la vie. Les instruments ne décelèrent rien, ni en surface ni en profondeur, ce qui les dérouta car, sur Mars, la vie résidait entièrement sous la surface du sol. Par contre, des bourdonnements incessants indiquèrent une direction privilégiée, à une distance d’environ 500 kilomètres sous la surface du sol.

Un petit millier de soldats escorta les savants vers cette destination, dans des péniches spatiales en forme de soucoupes. Dès leur arrivée, ils furent surpris par le nombre d’objets qu’ils aperçurent, les uns immobiles, les autres en mouvement. Probablement des plantes ou des animaux, car les appareils de détection ne les reconnaissaient pas comme dotés de vie réelle.


Auteur : Marc Duclos



Articles liés

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Best WordPress Themes