samedi 24 mars 2012

Recrutement (1/2)

RecrutementGérard Deluc franchit d'un pas décidé le seuil du bureau de recrutement. Brun, élancé, le visage à la fois affable et énergique, il se présenta à l'hôtesse d'accueil, qui vérifia son identité et l'heure de son rendez-vous. Elle lui donna un formulaire à remplir et le guida vers la salle d'attente. L’homme s’assit. Il était seul. Il détailla la salle propre et claire, sobre, et commença à réfléchir sur la meilleure façon de compléter le formulaire. Des questions en apparence banales, concernant son âge, sa formation, son expérience, ses loisirs, sa vie familiale, ses goûts et ses objectifs. Il réfléchissait longtemps entre chaque question, cherchant d'éventuels pièges, évitant les réponses stéréotypées, essayant d'exprimer sa personnalité et son originalité par des phrases concises et précises.

Pendant ce temps fonctionnaient en silence des dizaines de capteurs et senseurs, objectifs photographiques, caméras miniaturisées, équipements espions chargés de disséquer ses moindres faits et gestes. Son comportement, ses attitudes, les mouvements de ses jambes, de ses mains, de son torse, ses tics, les plus fugitives expressions de son visage, tout fut soigneusement enregistré. Son écriture et sa façon d'écrire, de lire, de réfléchir, furent notées. Les photos furent analysées par ordinateur afin de dévoiler tous les secrets de sa morphologie. Ainsi fut reconstitué le dessin de son squelette.

Un quart d'heure après son arrivée, l'imprimante se mit à crachoter plusieurs fiches détaillées le concernant. La première fut une fiche signalétique, reprenant les renseignements recueillis par l’hôtesse et déjà vérifiés et complétés par le réseau d'ordinateurs. Date et lieu de naissance, situation familiale, service militaire, ascendance, études, vie professionnelle furent ainsi passés au crible et annotés (selon des critères de 1 à 10). Ses antécédents judiciaires, politiques, syndicaux furent recherchés, sa situation financière examinée, ses dépenses et ses revenus passés à la loupe. Il en fut de même pour son épouse, ses parents et ses enfants. Rien ne laissait indifférent l'ordinateur.

Surgit ensuite une fiche anthropomorphique précisant son poids (grâce à une balance astucieusement dissimulée dans le fauteuil où il était installé), sa taille (grâce à des yeux électroniques encadrant la porte d'entrée) et les dimensions exactes des diverses parties de son corps (grâce aux photos). Apparut alors une fiche psychologique, indiquant son degré de sportivité, d'énergie, d'agressivité, d'émotivité et de sexualité. Décortiquant son caractère, ses tendances profondes, ses fantasmes probables, l'édifice conscient et caché de son moi profond. Tout ce qui avait été établi par l'analyse de son écriture et de son comportement dans la salle d'attente.

Vint une fiche parapsychologique, décrivant sa véritable nature. Ce qu'il devrait être, ses périodes fastes et critiques, les astres et les évènements qui l'influençaient, ses relations avec les autres, d'après une étude de son signe astrologique, de son heure et son lieu de naissance. Peu à peu se dessina un profil assez complet de cet homme solitaire, tranquillement occupé à remplir un formulaire.


Auteur : Marc Duclos



Articles liés

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Best WordPress Themes