samedi 31 mars 2012

Le Reflet (1/2)

Le RefletLongeant à grands pas les magasins illuminés et brillamment décorés, l'homme jeta un coup d'œil dans une vitrine, qui lui renvoya son image. L'image d'un quadragénaire soigné, tranquille, élégamment vêtu d'un costume bleu foncé. Il arrangea son nœud de cravate d'un geste nonchalant. Son reflet dans la vitre se brouilla graduellement, s'anima et sortit en toute hâte. Stupéfait, l’homme resta tétanisé, incapable du moindre mouvement. Déjà son sosie s'éloignait précipitamment et se fondait dans la foule compacte du samedi soir. Éberlué, Jacques Reboul regarda de nouveau la vitrine. Elle ne reflétait que l'animation de la rue et du trottoir, mais pas lui. Il épia un moment la vitre impavide, la main toujours serrée sur son nœud de cravate. Sans croire encore à cette impossibilité son reflet avait disparu. Purement et simplement.

vendredi 30 mars 2012

La série Downton Abbey

La série Downton AbbeyDans la série Downton Abbey, les meurtres n'ensanglantent pas les jardins anglais, aucun espion ne vient du froid, et l'on est à dix mille lieues de songer à un quelconque crime dans l'Orient Express. Et si la série s'ouvre sur le naufrage du Titanic (nous sommes en 1912), aucune image ne vient illustrer la spectaculaire tragédie. Non, ce qui a passionné les 9 millions de téléspectateurs britanniques pendant les sept épisodes de la première saison – ce qui fait de Downton Abbey la série la plus suivie de l'automne 2010 au Royaume-Uni – est ailleurs : des personnages croqués et joués avec justesse, un scénario parfaitement ficelé, un décor de rêve (un immense château planté dans une campagne verdoyante), des histoires d'amour, de caste, de guerre et de famille, mais aussi une bonne dose de délicatesse à l'anglaise.

jeudi 29 mars 2012

The Mission : Bruxelles en musique

The Mission : Bruxelles en musiqueIls sont cinq, ils sont jeunes, ils font de la musique anglo-saxonne à base d'electro planante, de pop léchée et de rock déchiré – le genre de ziq dont les Belges (et nous avec !) raffolent –, et ils nous viennent tout droit de... euh... Clermont-Ferrand ! Oui, oui, vous avez bien lu : Clermont-Ferrand (en France, hein, pas la peine de chercher une bourgade du même nom en terres flamandes). Comme les Marshmallow ! Incroyable, non ? Mais vrai. Eh oui, il va falloir vous y faire : le chef-lieu de l'Auvergne est en pleine mutation. Pire, cet attroupement d'âmes perdues au cœur de nos campagnes françaises se transforme en véritable berceau musical ! De quoi rendre jaloux nos amis les Belges, nos copines les petites Anglaises, les petits Suisses d'à-côté... bref, une bonne tripotée de voisins. D'autant que – sacrilège ! –, notre quintet masculin n'a rien trouvé de mieux que de choisir « Bruxelles » comme nom de groupe. Gonflé ? A bloc. C'est ce que nous prouve le dernier EP de Bruxelles, The Mission, sorti en janvier 2012 : des mélodies qui accrochent, des rythmes qui balancent, des claviers qui dépotent, des riffs qui percutent, une voix qui décolle... Bruxelles sans Manneken-pis, nous, on adore ! Mais à présent, il est temps de laisser la parole à Jimmy Brou, le batteur du groupe, qui a plus d'une anecdote dans son sac ! Interview exclusive de Bruxelles, du 220 Volts en continu.

mercredi 28 mars 2012

Ladylike Lily, Get Your Soul Washed

Ladylike Lily Album, crédit photo Loig NGUYENChercher dans l'univers musical de Ladylike Lily des racines communes à d'autres artistes, c'est un peu comme comparer un cèpe à un dromadaire. A priori, il n'y a aucun rapport. Sauf qu'en y regardant de plus près, on se rend compte qu'ils sont tous deux dotés d'une bosse et que leur robe est d'une couleur similaire. En écoutant le premier album de Ladylike Lily, Get Your Soul Washed, la première impression est indéniablement celle de la découverte d'un univers à part, personnel, très riche et profondément original : la jeune fille distille dans la caisse boisée de sa guitare sèche une musique bien à elle. Puis on repère, de-ci de-là, un bouquet de sonorités celtes, la mécanique musicale mise en œuvre par des compositeurs comme Yann Tiersen ou Watine, ou encore l'atmosphère mystique et envoûtante d'un long métrage de Tim Burton. Ladylike Lily serait-elle l'une de ces fées au nom fleuri qui hante depuis des siècles la forêt de Brocéliande ? La question reste ouverte...

mardi 27 mars 2012

Lady Linn en session acoustique

C'est au Duc des Lombards, le célèbre club de jazz parisien, que nous retrouvons Lady Linn & her Magnificent Seven : lumière tamisée, du matériel dans tous les coins, des clichés en noir et blanc de musiciens de jazz sur les murs, quelques garçons de café qui commencent à préparer la salle avant l’ouverture des portes au public. Toujours souriante, Lady Linn se lance a capella, sans micro, dans une session acoustique (filmée en 2D et en 3D) à la configuration étonnante : une voix pour quatre cuivres. Avec une incroyable douceur, les instruments (trombone, saxo, trompette...) entrent en scène... Moment d'émotion avec Nina, une chanson écrite en hommage à la Grande Nina, extraite du dernier album de Lady Linn & her Magnificent Seven, No Goodbye at All.

lundi 26 mars 2012

Fleurs d’un jour

Rose rougeSymbole de l'Amour avec un grand A, les roses, aussi belles soient-elles, piquent, et fanent : chagrins d'amour, idylles passagères, Éros et Thanatos... Au Moyen Age, Guillaume de Lorris rédige Le Roman de la Rose. Au XVIème siècle, Ronsard compose un autre poème tout aussi célèbre, l'Ode à Cassandre (« Mignonne, allons voir si la rose... »). Au XIXème siècle, Alfred de Musset écrit : « La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité. ». La rose a toujours fasciné poètes et écrivains, rendons-lui aujourd'hui un nouvel hommage, en vers.

Wallis Bird, un oiseau au paradis

Wallis Bird, Crédit OellermannEnregistré entre l'Allemagne, l'Angleterre et l'Irlande, le nouvel album de Wallis Bird, dans les bacs aujourd'hui même, le 26 mars 2012, cultive la beauté foudroyante, inquiétante et lumineuse d'un éclair dans un ciel d'été. Bousculé, saisi, séduit, on se surprend à frissonner sous l'effet grisant de cette étonnante pulsion de vie, palpable, que la jeune irlandaise instille dans sa musique. Un élixir de vie à l'état brut, c'est le trésor caché de cet album éponyme qui vient confirmer le talent explosif d'une chanteuse à l'avenir plus que prometteur.

dimanche 25 mars 2012

Recrutement (2/2)

RecrutementLa fiche suivante fut un bilan médical, constitué à partir des éléments soutirés par des micro-aiguilles cachées dans le fauteuil, l'analyse le l'air qu'il expirait et le verdict établi par l'ordinateur à la suite des centaines de photos prises sous tous les angles. Les machines avaient ainsi reproduit un schéma médical méticuleux différenciant par des couleurs et divers artifices de représentation les degrés thermiques du derme et des diverses parties du squelette, les points faibles de l'ossature, la souplesse de la musculature, l'état du réseau neuronal, le flux sanguin et la circulation respiratoire. Tout fut disséqué, répertorié, déduit : ses habitudes alimentaires, son hygiène de vie, ses maladies ou fractures passées, les cigarettes fumées, l'alcool bu, les risques qu'il courait, sa durée de vie calculée. Pendant ce temps, l'homme continuait à remplir son formulaire. Ses réponses étaient filmées au moment même où il les écrivait.

samedi 24 mars 2012

Recrutement (1/2)

RecrutementGérard Deluc franchit d'un pas décidé le seuil du bureau de recrutement. Brun, élancé, le visage à la fois affable et énergique, il se présenta à l'hôtesse d'accueil, qui vérifia son identité et l'heure de son rendez-vous. Elle lui donna un formulaire à remplir et le guida vers la salle d'attente. L’homme s’assit. Il était seul. Il détailla la salle propre et claire, sobre, et commença à réfléchir sur la meilleure façon de compléter le formulaire. Des questions en apparence banales, concernant son âge, sa formation, son expérience, ses loisirs, sa vie familiale, ses goûts et ses objectifs. Il réfléchissait longtemps entre chaque question, cherchant d'éventuels pièges, évitant les réponses stéréotypées, essayant d'exprimer sa personnalité et son originalité par des phrases concises et précises.

vendredi 23 mars 2012

Gagnez des places : Moran en concert

Gagnez des places : Moran en concertLe 28 mars 2012 (à 20h30), Moran débarque au Zèbre de Belleville (Paris, 11ème) avec un nouvel album Mammifères. Pour découvrir en concert cette voix hors-du-commun venue tout droit du Canada (que nous accueillerons très prochainement sur La Toile de Pandore, en interview et en session acoustique), rien de plus simple : « ouvrez la boîte de Pandore » et « répondez à la question mystère ». Les plus rapides gagneront 2 places de concert (dans la limite des places disponibles) !

Ladylike Lily en session acoustique

Ladylike Lily en session acoustiqueLe printemps est arrivé, nous livrant avec ses timides rayons de soleil aussi blancs qu'un ciel d'hiver le premier album, sombre et bouleversant, de Ladylike Lily : Get your soul washed. C'est dans un appartement parisien que nous rencontrons la jeune artiste pour une session acoustique exclusive (filmée en 2D et en 3D). Seule avec sa guitare folk, de sa voix d'une pureté enveloppante, elle chante This Law, un morceau empreint d'une douce mélancolie. A découvrir absolument !

jeudi 22 mars 2012

Skip The Use : la claque Can be late

Can be lateSkip The Use, vous ne connaissez pas ? Alors préparez-vous à vous prendre LA claque du siècle, le genre de taloche bien sentie qui vous réveillerait vite fait bien fait la dernière des feignasses. Nous, on se l'est prise en pleine face en lézardant gentiment devant Taratata, et trois semaines plus tard, on ne s'en est toujours pas remis. Et pour cause ! Dans la plus pure tradition du punk-rock, Skip The Use ne connaît ni répit ni demi-mesure : ça vous secoue de la tête (droite, gauche, en mode rotation, avec option balançoire) aux pieds (du triple saut au grand écart) pour vous flanquer sur le carreau, exsangue, avec le smile pas franchement ragoûtant d'un nourrisson fraîchement biberonné. Et comble de l'indécence, ça fait un bien fou ! Une bonne décharge d'adrénaline, surtout en période de disette, c'est quand même le pied (vous savez, celui qui bat le rythme, glisse, trépigne, s'envole, s'écrase, tape... bref) ! Et il faut dire qu'avec Mat Bastard au micro, pour dépoter, ça dépote sec. Lorsque le beau diable (ultra charismatique, c'est dit) ne bondit pas comme un damné dans les flammes de l'Enfer, il vous décoche des sourires à embraser la plus longue des nuits norvégiennes. Le bonne nouvelle ? Avec Can be late, album survolté s'il en est, le groupe s'apprête à révolutionner la scène rock française. Quand en plus, cerise sur le gâteau (et on ne parle pas de Mat, hein), chaque titre est meilleur que le précédent (et le suivant), que demande le peuple ? Ah oui, un président qui ressemble à quelque chose... Mat ?

mercredi 21 mars 2012

Bye Bye Blondie, le dernier Despentes

SokoComme tous les Despentes, qu'il s'agisse d'un film ou d'un livre, Bye Bye Blondie a déjà fait couler beaucoup d'encre. Et lorsque l'on sait qu'en plus, l'audacieuse réalisatrice s'est payé le luxe de rassembler pour la première fois sur grand écran deux monstres sacrés du cinéma, Emmanuelle Béart et Béatrice Dalle, pour les coller, ni une ni deux, dans le même plumard, quoi d'étonnant à ce que toutes les langues, bonnes ou mauvaises, se délient pour y aller bon train ? A notre tour, donc, de prendre la plume en ce début de printemps, également jour de sortie de Bye Bye Blondie dans les salles obscures.

mardi 20 mars 2012

Let Go, le nouvel album de Revolver

Fraîchement débarqué chez le disquaire, Let go, le nouvel album de Revolver, caracole déjà dans le peloton de tête des téléchargements iTunes. Entre ballades mélodieuses, vocalises aériennes et ritournelles incisives, le trio parisien rend un hommage vibrant à la pop intemporelle des 3B (Beatles, Beach Boys, Bee Gees). Riche et décomplexé (les trois beaux gosses se surpassent dans les aiguës tandis qu'un violoncelle vole la vedette à la guitare solo d'un descendant de Slash...), la musique de Revolver séduit un public de plus en plus nombreux. A écouter, réécouter, fredonner, chantonner, chanter, entonner sans plus tarder !

lundi 19 mars 2012

Désertion

Gerard Dou« L'inspiration vient toujours, quand l'homme le veut, mais elle ne s'en va pas toujours quand il le veut. », disait Baudelaire. Mystères de l'inspiration, de la création, des Muses et des humeurs. Les uns prônent le travail, les heures de veille et de réflexion acharnée, les autres prient en silence, vendent leur âme au diable ou prennent leur mal en patience en attendant le bon moment, celui, béni des Dieux, où l'écriture coule à flot. Désertion, un poème à lire... à tout moment.

Lady Linn, la révélation de l'année

Lady Linn, No Goodbye at All
Après la bombe Selah Sue en 2011, la Belgique remet ça en 2012 avec un nouvel explosif made in Flandre : Lady Linn. Flanquée des Magnificent Seven, sept gaillards cravatés qui ont eu le cran de troquer leurs colts pour d'autres instruments, musicaux – cuivres, cordes et percussions –, la jeune femme dégaine de sa voix mordante une musique chatoyante à vous dégommer sans sommation, à la première écoute. Sans vague électro pour vous planter la tête dans la lune. Ni riff électrisé pour vous secouer la moelle comme un prunier. Mais avec une généreuse volée de jazz bourdonnant, de rythm'n'blues bouillonnant, de soul ébouriffante et de pop émoustillante. Si l'année 2012 est celle de l'apocalypse, c'est en beauté que nous fêterons la fin du monde ! Avec Lady Linn, la révélation de l'année que d'aucuns surnomment déjà la nouvelle icône de la soul, gageons que la surpatte du millénaire entrera dans les annales ! No Goodbye at All, dans les bacs aujourd'hui (le 19 mars 2012).

dimanche 18 mars 2012

Je suis toi, tuez-moi (2/2)

Mort de Marie-AntoinetteJ'écoute ce discours et je mate ces dingues. Sans y croire. Éberlué, sonné. Un fou-rire nerveux me mord les entrailles :
« Mais… Je ne suis pas Roland Thomens. Il a été transféré hier matin. Moi, je m'appelle Laurent Depagne. »

samedi 17 mars 2012

Je suis toi, tuez-moi (1/2)

PrisonLaurent Depagne. Je m'appelle Laurent Depagne et j'ai 23 ans. Dont 22 de liberté. De vie. De dehors. Je suis en taule depuis un an à cause d'un braquage de banque raté. Un coup facile pourtant, bien préparé. Peinard. Une agence un peu isolée, pas de circulation, pas de complices. L'argent de la caisse, ma moto sur le trottoir, la fuite tranquille. Et la poisse… L'accident stupide. Le dérapage pour éviter une fillette, la chute, les flics, l'arrestation, le procès. 3 ans de prison. 3 années d'éternité à rester enterré vivant, effacé, gommé.

vendredi 16 mars 2012

Zahia Ziouani, Divertimento et le 93

OrchestreAprès de bonnes engueulades au bureau, et pour couronner le tout, la perte totale de mon Iphone, rien de tel qu’un petit concert de musique classique. La musique adoucit les mœurs, paraît-il. Je vais donc vérifier cela ce soir. Accompagnée de quelques élèves du conservatoire, je me rends à la salle Jacques Brel de Pantin pour venir voir et écouter l’orchestre symphonique Divertimento dirigé par Zahia Ziouani. Ce nom n’est pas encore inscrit dans le top five des chefs d’orchestre comme Bernstein, Karajan, Barenboïm ou Zacharias, mais il apparaît clairement que la petite a du talent (Ah que de talents dans le 9-3 qui n’attendent qu’à être révélés !).

jeudi 15 mars 2012

Avenue Q, la comédie musicale

Avenue Q, crédit BobinoFraîchement débarquée à Paris, Avenue Q nous vient tout droit des États-Unis, mieux encore de New York, et top du top, de Broadway. Un énième show à l'américaine de 7 à 77 ans ? Détrompez-vous ! Adaptée en France par Bruno Gaccio (Les Guignols de l'Info, Le Théâtre de Bouvard), Avenue Q ne fait rien comme tout le monde. Son nom déjà, aussi obscur qu'équivoque, annonce la couleur : aux antipodes d'un racoleur Dracula, l'amour plus fort que la mort, d'un grandiloquent Cléopâtre, la dernière reine d'Égypte, d'un crâne Adam et Ève : La Seconde Chance ou d'un tapageur Mozart, l'opéra rock, Avenue Q joue la double carte de l'efficacité-simplicité. Avant d'oser celle, cavalière, de la marionnette déconseillée... aux enfants. Incroyable mais vrai, il vous faudra laisser vos rejetons aux vestiaires (une fois n'est pas coutume, avec un bon paquet de chips et votre smartphone, c'est parfaitement jouable !) pour découvrir ce spectacle inédit où l'on rit un peu, beaucoup, à la folie. Poilante et poilue (Ah les marionnettes-peluches !), Avenue Q s'invite sur les planches du théâtre Bobino jusqu'au 27 mai 2012.

mercredi 14 mars 2012

Drucila, l'amazone vampire

Ursula Del Aguila« Éternité et désirs lubriques, les maîtres mots de ma vie » : Drucila, solitude d'une prédatrice ne fait pas qu'émousser les sens, promettre sans donner, attiser sans enflammer. Roman érotico-fantastique, ce premier opus d'une trilogie à paraître ressuscite la mythique Transylvanie des contes et légendes ancestrales, terre d'élection des loup-garous, striges, spectres et monstres en tout genre. Fascinée par le folklore des Balkans, c'est dans une ancienne ferme saxe, achetée dans un village roumain, qu'Ursula Del Aguila a donné naissance à son héroïne, Drucila. Rencontre avec une romancière, journaliste et doctorante en philosophie, dont le nom évoque à lui seul la richesse de l'univers sombre des créatures de l'ombre.

mardi 13 mars 2012

Rodin dessinateur ? La Saisie du modèle

Femme nue allongée vue de dos et en perspective, © Musée Rodin - Photo Jean de CalanRodin, dessinateur ? Si l'on connaît bien Le Penseur, La Porte de l'enfer, Les Bourgeois de Calais, le Monument pour Balzac ou encore Le Baiser, peut-on en dire autant de la Femme allongée, un bras replié ou la Femme nue faisant le grand écart ? Jusqu'au 1er avril 2012, l'exposition La Saisie du modèle, Rodin 300 Dessins 1890-1917 met à l'honneur, avec plusieurs centaines de croquis, collages, lavis, pastels et autres aquarelles, un talent méconnu du sculpteur surdoué, le dessin. Sublimant la chair nue, l'amant fougueux de la jeune Camille Claudel voue une véritable fascination au corps humain, et plus particulièrement, aux courbes féminines. Libre et audacieux, celui qui confiait « je ne puis travailler qu’avec un modèle. La vue des formes humaines m’alimente et me réconforte. » (Rodin, 1912) décortique les mécanismes complexes de la machinerie humaine et explore la multitude d'expressions corporelles avec une ardeur presque maniaque. Aussi étonnante que passionnante, cette exposition inédite vous attend au musée Rodin, niché rue de Varennes dans un magnifique hôtel particulier, l'hôtel Biron, dont les ravissants jardins truffés d’œuvres d'art frémissent déjà des prémices du printemps.

lundi 12 mars 2012

Le Noyer

Le NoyerLe noyer, un arbre comme les autres ? Pas tout à fait. Le noyer, c'est un peu l'or brun de nos campagnes, nos forêts, nos jardins. Les ébénistes et les sculpteurs s'arrachent son bois délicatement veiné. Le commun des mortels dévore ses fruits, ces délicieuses noix dont on peine tant à briser la coquille. Fraîches, sèches ou pressées, elles font le bonheur des cuisiniers, des gourmands comme des amateurs de bon vin. Autant dire que la vie d'un noyer est loin d'être un long fleuve tranquille !...

La fin du monde en 2012 ? Interview de Stéphanie Hochet

La fin du monde en 2012 ? Interview de Stéphanie HochetLa fin du monde en 2012, les mayas l'ont annoncée ; il ne nous resterait que quelques jours, semaines ou mois à vivre... Dans son dernier roman, Les Éphémérides, Stéphanie Hochet aborde à sa façon, à la fois violente et poétique, l'Apocalypse aux sept trompettes qui hante depuis des millénaires l'imaginaire collectif et individuel, qui nourrit l'art, les croyances, nos peurs ancestrales et nos pires cauchemars. Parmi les passagers de ce naufrage annoncé : la maîtresse femme d'une maison close façon One Eyed Jacks, qui aurait fait le bonheur de Lynch ; une mystérieuse Africaine, mi-princesse mi-déesse ; un artiste peintre qui tend les sourires jusqu'au cri ; des chiens mutants élevés par un couple de lesbiennes rebelles ; une enfant mi-ange mi-démon... Autant d'âmes et de corps qui se débattent aux portes de l'inconnu, dans un chaos sans précédent provoqué par une subite « Annonce ». Poignant, troublant, provoquant, Les Éphémérides nous embarque dans un passionnant voyage spatio-temporel à la H.G. Wells, au terminus aussi incertain qu'exaltant. A lire, dévorer, imaginer, écouter, regarder ; dans sa tête et on l'espère très bientôt sur grand écran ! Entretien avec Stéphanie Hochet, un « écrivain péripatéticien » dont les conquêtes littéraires ne connaissent pas de limite.

dimanche 11 mars 2012

Rêve de chat (2/2)

TigreAlex tressaille. Il ne voit toujours rien d’inquiétant mais son ouïe l’avertit du péril. Il gesticule et fait de grands moulinets avec ses bras en direction de son guide, qui klaxonne pour le rassurer. Le chat, qui se préparait à sauter sur son jouet, entend un étrange bruit qui le stoppe net dans son élan et le réveille brusquement. Le tigre, tapi derrière un énorme palétuvier, entend le vacarme du klaxon et ne bouge plus. Il doit attendre l’instant propice, surtout ne pas se précipiter. Plus de bruit. Minet  fixe son jouet immobile. Rassuré, il se rendort et reprend son rêve. Le jouet s’éloigne rapidement. Le chat s’agite, remue la queue et rampe lentement vers lui. Le tigre surveille l’homme de ses yeux avides. Il le voit marcher à grands pas vers la jeep. Le moment tant attendu est proche. Il sursaute, agite sa longue queue et entame une lente reptation vers sa proie.

samedi 10 mars 2012

Rêve de chat (1/2)

Chat qui joueLe chat d’Alex, dont l’imagination des prénoms n’est pas l’élément dominant, s’appelle tout simplement Minet. C’est un gentil bâtard débrouillard tout droit issu de la SPA. Un mâle dominant de 3 ans, gris et blanc, rescapé d’un abandon sur une aire d’autoroute. Alex, dans un accès de générosité assez inhabituel, lui a offert un jouet, un être informe mi-peluche, mi-plastique. Un jouet sur lequel Minet adore exercer sa supériorité et acérer ses griffes.

vendredi 9 mars 2012

En secret, un film coup de cœur

En secret, un film coup de cœurEn secret fait partie de ces films indépendants qui vous scient les jambes après vous avoir plantés au fin fond d'un fauteuil défoncé de cinéma de quartier. Bouleversant, cruel et terriblement romantique, réaliste et poétique, d'une audace admirable et d'une extrême sensibilité, ce long métrage iranien réalisé, écrit et dirigé par une femme, Maryam Keshavarz, est porté par deux jolies actrices au talent indéniable, Sarah Kazemy et Nikohl Boosheri. A Téhéran où la jeunesse iranienne est tiraillée entre pulsion de vie et rigueur islamiste, une jeune fille tombe amoureuse de sa meilleure amie. Acte impardonnable dans une société soumise à la domination masculine, affront insensé à un intégrisme religieux en plein essor, leur amour, oh combien transgressif !, les enchaîne un peu plus à la clandestinité, comme le souligne Maryam Keshavarz :
« En raison de ces règles sociales particulièrement strictes, les comportements se modifient selon les environnements et cette attirance qu'elles éprouvent soudainement vient rompre la liberté qui était la leur lorsqu'elles étaient seules dans l'intimité de leur chambre. ».
En secret, un film coup de cœur.

jeudi 8 mars 2012

Vote on the Rocks, tous aux urnes !

No One Is InnocentDimanche 11 mars, rendez-vous à la Cigale pour un concert exceptionnel : Vote on the Rocks. A l'initiative de Kémar Gulbenkian, le chanteur emblématique du groupe No One Is Innocent, plusieurs artistes de la scène Rock se sont mobilisés en cette veille d'élections pour encourager les Français, et surtout les jeunes, à aller voter aux présidentielles (petite piqûre de rappel : le premier tour aura lieu le dimanche 22 avril, le second, le dimanche 6 mai 2012) : les Têtes Raides, No One Is Innocent, Les Fatals Picards, Eiffel, Déportivo, The Hyènes et DJ Moule. Rencontre exclusive avec Kémar, un artiste engagé et profondément humain. Son mot d'ordre ? « Voter nuit gravement aux sales idées ».

mercredi 7 mars 2012

Julie Peel en concert à Paris

Julie Peel en concert, (c) Olivier PeelJ’ai découvert Julie Peel en concert à Paris en 2011. Elle partageait ce soir-là la minuscule scène du Scopitone avec Katel, pour le plus grand plaisir de nos oreilles. En effet, depuis, je pense que tout(e) mélomane qui se respecte devrait avoir Near the sun, son album, dans sa discothèque, dans son iTunes, dans son Windows Media, peu importe, mais devrait l’avoir ! Que vous soyez folk, pop ou rock, vous ne resterez pas indifférent à l’écoute de la superbe voix et du joli son de guitare de Julie !

mardi 6 mars 2012

The Asteroids Galaxy Tour en showcase privé à Paris avec Gals Rock !

The Asteroids Galaxy Tour en showcase privé à Paris !Pour fêter la sortie d'Ouf Of Frequency, le nouvel album de The Asteroids Galaxy Tour, le 26 mars 2012, Gals Rock (17 rue Henry Monnier, 75009 Paris) organise un événement exceptionnel dans sa boutique parisienne :

« Les 10 et 11 mars prochains, les 30 premières personnes qui achèteront le nouvel album de The Asteroids Galaxy Tour (en vente exclusive chez Gals Rock avant sa sortie officielle dans les bacs français) pourront assister à un showcase acoustique privé du groupe danois. Celui-ci aura lieu le dimanche 15 avril 2012, la veille de leur concert au Trianon, dans la boutique de Gals Rock, un lieu dédié à la culture rock féminine. »

Rammstein : succès et polémiques

Rammstein : succès et polémiquesLes 6 et 7 mars 2012, Rammstein sera en concert à Bercy. A quoi pense-t-on quand on parle de Rammstein ? Au succès, aux polémiques, à l'énergie dévastatrice du groupe de Metal allemand... Petit retour en arrière. La première fois que j’entends Rammstein, c’est en 1996 alors que je regarde avec engouement et délectation le très étrange Lost Highway de David Lynch. Des séquences du film, saccadées, hachées, superposées à des passages des morceaux Hierate Mich ou Rammstein. Comme j’achète toutes les BOF de Lynch, je me fais donc un plaisir de me passer celle-ci en boucle en privilégiant les deux morceaux de Rammstein découverts sur la bande son ainsi que Eye des Smashing Pumpkins et Hollywood Sunset de Barry Adamson.

lundi 5 mars 2012

Amours saphiques et féeriques

Amours saphiques et féeriquesSabbats, balai volant, baguette magique, solstices et équinoxes, pleine lune, potions et envoûtements, philtres et voyance, décoctions et pactes diaboliques... Les sorcières, ces créatures humaines aux pouvoirs surnaturels qui font autant partie du folklore que de l'histoire, ont toujours fasciné enfants comme adultes, hommes comme femmes...Amours saphiques et féeriques rend hommage au charme enchanteur de ces femmes farouchement libres qui s'enduisaient le corps d'un mystérieux onguent avant d'enfourcher leur balai volant :
« Ôtant le couvercle de l'une d'elles et en retirant l'onguent,  [Pamphile] se frotta pendant un temps considérable avec les mains, se couvrant de cette huile de la pointe des pieds jusqu'aux cheveux. » (Apulée, l'Âne d'or).

La chanteuse Bebe en session live

La chanteuse Bebe en session live Dans un amphithéâtre d'EMI Music, nous retrouvons la chanteuse espagnole Bebe accompagnée de ses deux musiciens, l'un à la basse, l'autre à la batterie. Éclats de rire, sourires ; l'humeur est au beau fixe. Au programme de cette session électro-acoustique, deux titres de son troisième album, Un Pokito de Rocanrol, qui sort aujourd'hui (le 5 mars 2012) en France : K.I.E.R.E.M.E. et Que Carajo. Deux morceaux à l'énergie débordante à écouter jusqu'à plus soif !...

dimanche 4 mars 2012

Les Bontés de Satan (2/2)

Les Bontés de Satan (2/2)Lorsque Satan revint et qu'il constata la renaissance de cet ancien désert aride, il sut enfin ce qu'était le bonheur, l'émotion de rendre service. Il se félicita chaleureusement du résultat obtenu. Il décida donc d'amplifier cette joie qui l'étreignait par une nouvelle bonne action. Il reconnaissait en son for intérieur qu'une bonne part d'égoïsme le motivait dans cette fièvre de générosité, car son plaisir était décuplé par l'étalage de sa bonté. Dire qu'il avait ignoré et combattu, une éternité durant, les délices et les félicités, l'extase même, du Bien ! 

samedi 3 mars 2012

Les Bontés de Satan (1/2)

Les Bontés de Satan (1/2)Satan s'ennuyait ferme en enfer. Les supplices et tortures, les souffrances et hurlements des damnés ne le distrayaient plus et, à vrai dire, le lassaient quelque peu. Il était démotivé. La contagion gagnait rapidement l'ensemble des démons, qui ne prenaient plus autant à cœur que dans le bon vieux temps le fini de leur besogne. La qualité du travail s'en ressentait, la productivité chutait et les rumeurs s'amplifiaient. La hiérarchie elle-même se laissait aller, surtout les cadres moyens.

vendredi 2 mars 2012

La tempête Bebe, Un Pokito de Rocanrol

Bebe, Un Pokito de Rocanrol, Crédit photos : Rafa GallarAvis de tempête : le 5 mars 2012, l'ouragan Bebe déferlera à nouveau en France. Avec Un Pokito de Rocanrol, hymne à la liberté s'il en est, la chanteuse espagnole s'apprête à secouer l'hexagone et le reste de la planète. D'ores et déjà sur scène dans son pays natal, Bebe nous offre cette année un troisième album soigné et percutant qui, et cela n'étonnera personne, ne ressemble à aucun autre. Bebe ose encore et toujours, déchaîne et entraîne, attise et étonne, chavire et apaise... Original et détonnant, le dernier disque de Bebe, Un Pokito de Rocanrol, « jette de l'huile sur le feu », aux dires de l'artiste elle-même. Un cocktail explosif qui se boit comme du petit lait !

jeudi 1 mars 2012

Stéphanie Hochet, Les Éphémérides

Stéphanie Hochet, (c) Fred Postel« Je pouvais espérer vivre encore une année, un an et demi au mieux. Et puis, il y eut l’Annonce. La plus grande menace des dernières décennies lancée à l’Occident, celle avec laquelle tout le monde était censé vivre, le premier enjeu métaphysique qui ne serait pas un choix mais un enfer déposé sur terre que chacun devait aménager à sa façon. » (Simon Black dans le dernier roman de Stéphanie Hochet, Les Éphémérides, en librairie le 7 mars 2012). Stéphanie Hochet fait partie des écrivains sans concession, toujours capables de se renouveler, mais dont l’œuvre forme un ensemble cohérent. Avec son nouveau livre, Les Éphémérides, elle nous offre un roman polyphonique abouti, à l’écriture irréprochable.

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Best WordPress Themes