samedi 18 février 2012

Les Rats (1/2)

Un ratDepuis longtemps, les rats étaient maîtres de la Terre. Depuis au moins dix millénaires. Les guerres, les épidémies et la folie des hommes avaient eu finalement raison du genre humain et de nombreuses espèces animales et végétales. Mais les rats, eux, avaient survécu à toutes les catastrophes. Après l'anéantissement de l’homme, leur plus coriace et dangereux ennemi, ils étaient rapidement devenu les nouveaux seigneurs. Leur étonnante prolifération, leur intelligence collective et la disparition de leur principal prédateur avaient contribué à leur essor inexorable.

Les espèces animales concurrentes, du moins celles de la surface, avaient été anéanties en peu de temps. Comment lutter longtemps contre les hordes innombrables et cruelles ? Les premières espèces ravagées furent les grands carnassiers lions, tigres, panthères, léopards et hyènes. Ils se battirent avec courage et férocité, ne refusant jamais le combat, mais ils furent écrasés et dévorés par les multitudes hargneuses et dominatrices.  Puis ce fut le tour des petits carnassiers, les renards, les chacals, les loups et les chiens. Eux aussi tentèrent vaillamment de résister. Malgré quelques succès locaux, dus en particulier à l'alliance des chiens et des loups devant le mortel péril, ils disparurent également. Vinrent ensuite les énormes pachydermes et autres mammifères éléphants, rhinocéros, hippopotames. Ils avaient bien tenu jusque là grâce à leur faculté de se déplacer à la fois sur terre et dans l'eau. Mais la lutte devint inégale en raison de leur faible nombre face au grouillement démesuré et sans cesse renouvelé de rats.

Les chats, malgré leur bravoure, ne savaient se battre qu'individuellement.

Après leur victoire sur les principales espèces combattantes, les rats s'attaquèrent aux reptiles, sauriens et lézards. Seuls survécurent quelques crocodiles, grenouilles et crapauds. La tuerie dura longtemps à cause du nombre élevé de victimes et de l'obstacle constitué par l'eau, mais ne fit que renforcer la combativité et l'arrogance des rats. Les derniers à subir l’hallali furent les chats. Les chats si mystérieux qui, grâce à leur légendaire intuition, avaient depuis le début pressenti l'affreux danger. Ancestraux ennemis des rats, ils combattirent avec acharnement, cruauté et délectation, rendant morsures pour griffures, sans jamais faiblir. Non contents de se défendre, ils attaquèrent. Au début, cette tactique porta ses fruits car les chats remportèrent d'éclatantes batailles, dues surtout à leur agilité, leur science du combat et leur joyeuse férocité. Encore plus impitoyables et sanguinaires que les rats, ils ne laissaient jamais l'ombre d'une chance de survie à leurs ennemis. Ils semblaient même considérer cette guerre comme un jeu, le jeu de la haine et de la mort. Les carnages succédaient aux tueries. Mais les rats sortirent vainqueurs. Ils étaient plus organisés et infiniment plus nombreux. Ils pratiquaient une guerre collective. Les chats, malgré leur bravoure, ne savaient se battre qu'individuellement. Aucune stratégie, aucune alliance ne les guidaient. Et l'homme n'était plus là pour les récompenser et les choyer. Demi-dieux ils vécurent, guerriers ils moururent.


Auteur : Marc Duclos



Articles liés

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Best WordPress Themes