dimanche 26 février 2012

Le Monstre (2/2)

Planche anatomique de Leonard de VinciJe suis un monstre. Papa m'a longuement parlé hier soir. Sa rude franchise m'a soulagé et m'a fait mal. Il m'a avoué ignorer combien de temps il me reste à vivre. Car je dépéris dans cette pièce obscure, si noire, si froide. Je n'ai pas les yeux phosphorescents de mes parents, ni leur chaud pelage. Et les mutants ne vivent jamais très vieux. Papa m'a dit aussi que j'effrayais de plus en plus Maman.

Elle ne peut plus supporter ma vue, mon odeur, ma voix, ma présence. Ni même la sensation de ma présence. Elle, d'ordinaire si vive et joyeuse, se laisse miner par une langueur maladive dont je suis le seul responsable. Papa me l'a révélé : elle ne viendra plus. Lui-même surmonte de moins en moins bien son dégoût, malgré son courage et son immense bonté.

Maintenant il évite mon regard lorsque nous parlons. Tout son corps se rétracte en une boule compacte d'où ne ressortent que ses tentacules. Il semble à bout, au bord du désespoir. Je veux l'aider à ne pas me ressentir. Je me terre en permanence dans un recoin, affalé par terre. Je voudrais désespérément devenir tout petit. Si petit que je disparaîtrais de sa vue. Maman pourrait alors revenir et tous deux me parleraient comme avant, comme si je n'étais pas là. 

Bosch,le Jardin des délices, détail

Depuis une semaine, Papa n'est pas revenu. Peut-être est- il malade ? Peut-être a t-il dépassé les limites du tolérable et ne peut-il plus venir? Personne ne m'a donné de nourriture mais qu'importe Je n'ai pas faim. Seulement soif.

Je vais me laisser mourir. Pour eux. Pour Papa et Maman, que j'aime tant et auxquels j'ai tant fait de mal. 

Pour qu'enfin disparaisse le dernier mutant.

L'ultime monstre.

Fin

Auteur : Marc Duclos



Articles liés

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Best WordPress Themes