samedi 28 janvier 2012

Une journée bien ordinaire

Une journée bien ordinaire - DUCHAINE ?
- Présent, monsieur LAVERNE ! 
- DUCHAINE ?
- Présent, monsieur QUINET ! 
- DUCHAINE ?
- Présent !
- Présent, qui ?
- Présent, monsieur BEAUCHAMP !

L'un après l'autre, les Élèves font l'appel de leur professeur de maths. Tous s'assurent ainsi de sa présence. L'appel terminé, le professeur s’assoit sur le siège du premier rang, tandis que les Élèves se massent derrière l'imposant bureau, vautrés dans de confortables fauteuils. Cette année, les classes ne sont pas trop sous-chargées. Le ministère de l’Élevage National a recruté de force parmi les milliers de candidats aux loisirs. Le lycée dispose pratiquement d'un agrégé par "matin" (matière indispensable), un certifié par "matut" (matière utile) et un auxiliaire par "matop" (matière optionnelle). La rentrée a été plutôt calme. Tous les professeurs étaient présents, bien entendu, car aucune excuse n'était tolérée et les sanctions impitoyables. D'ailleurs, la plupart logeaient avec leurs animaux familiers dans le dortoir de fonction. Revenons à notre classe de première.

La rentrée a été plutôt calme

Lundi 22 septembre 2011. Deux heures de maths pour commencer la journée. Chacun des 24 Élèves a préparé une interro de 5 minutes. Le prof s'en sort assez bien, sauf en géométrie où il sèche un peu et tente de copier sur lui-même. Tour à tour, les Élèves ramassent et corrigent leur copie. Les notes s'échelonnent entre un minimum et un maximum. La moyenne générale, tirée au sort, est de 11 sur 20. Après une délibération secrète, le Conseil des Élèves décide de transformer le 11 en 12 et le 20 en 40. Les devoirs à faire (impérativement) au dortoir sont alors remis au professeur : pas plus de trois exercices (plus un problème) par Élève. Ce qui ne devrait guère excéder 6 à 7 heures de travail intensif. Le professeur sort de la classe et va se relaxer quelques minutes dans la cour de récréation. Il est demi-pensionnaire, ce qui lui donne le droit de. préparer et servir un copieux déjeuner aux quelques 2 000 Élèves du restaurant, avant de prendre lui-même un sandwich à la cantine.

Le professeur suivant est celui d'histoire-géo. Partisan de l’École laïque, il veut porter en permanence un voile. Mais la majorité des Élèves ne l'admet pas. Comme les autres profs, il doit rester nu pendant les cours.  Le voile enlevé, les questions fusent. Le prof, handicapé par un bâillon, répond de manière inintelligible. Menaces de promotion, caresses, heures de liberté, rien n'y fait... Sanction immédiate : 200 lignes à effacer proprement, obligation de regarder Arthur à la télé, et un avertissement à ramener signé par ses Enfants.

Dernier cours de la journée : gymnastique. Encouragé, poussé, tiré et chronométré par les Élèves vigilants, le professeur court, saute, grimpe, nage et rampe. Un peu essoufflés d'avoir tant crié, les Élèves le quittent au bout de deux heures (après l'avoir ranimé).

Une journée bien remplie !!! Par petits commandos, les Élèves quittent le lycée en donnant une petite claque bienveillante, mais ferme, au proviseur qui, le dos courbé, leur tient respectueusement la porte et salue chacun par son nom.


Fin


Auteur : Marc Duclos



Articles liés

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Best WordPress Themes