dimanche 22 janvier 2012

Dernier essai (2/2)

Dernier essai (2/2)La nuit s'abattit sur la Terre. Une nuit étrange, laiteuse par endroits, d'un noir d'encre ailleurs. Nul ne sut expliquer ce phénomène malgré de multiples tentatives de compréhension (surtout pour rassurer les populations) : éclipse de Lune, passage de comète, phénomène météorologique, proximité d'un "trou noir", attaques d’OVNI…
Paradoxalement, la température s'éleva jusqu'à atteindre une chaleur saharienne sur la majeure partie des continents.
Les titanesques glaciers et icebergs du Pôle Sud commencèrent à fondre, et les milliards de tonnes d'eau ainsi libérée firent monter considérablement le niveau des océans. La 
plupart des côtes furent saccagées et les rescapés s'enfuirent vers l'intérieur des terres. 
Des émeutes éclatèrent partout. La répression fut impitoyable, mais inefficace. La grande peur débutait.

Fonte des glaces

L’Être devenait inquiet. L'inflammation, non seulement n'était pas enrayée, mais se propageait dans tout son index.
Il décida d'en finir avec les méthodes artisanales et de consulter son médecin. 
Lequel, partisan des méthodes douces, résolut de ne pas lui amputer immédiatement le doigt. Il nettoya soigneusement la plaie, dans laquelle il injecta un produit antibiotique.

Les épidémies furent terribles. Un virus d'origine inconnue se répandit partout à une vitesse foudroyante.
Aucun traitement ne réussit à vaincre le mal. Des centaines de millions d’humains périrent dans des souffrances atroces, sans recours et sans espoir. La contagion se transmettait d'elle-même et infectait indifféremment tous les pays. 
Ce fut partout une révolte généralisée, une réaction de cruauté et de violence à la terreur des esprits et la souffrance des corps. Guerres entre États, combats entre partis politiques, luttes individuelles, agressions, vols, viols, incendies: nul n'était plus à l'abri. 
Les sinistres ogives nucléaires participèrent alors à la folie universelle.

Emeutes

Le médecin examina  consciencieusement l'index pulvérulent.
Le produit antibiotique s'était avéré inefficace, malgré  les progrès initiaux qui avaient pu laisser croire un moment à une guérison rapide. 
Il restait perplexe : quel germe avait pu résister ainsi, quelle cellule infectée avait donc pu contaminer aussi agressivement ses voisines ? 
Il fallait amputer !

Les galaxies s'effondrèrent, les univers s'entrechoquèrent, les astres explosèrent.

Et la Terre disparut.

Fin


Auteur : Marc Duclos



Articles liés

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Best WordPress Themes