mardi 29 novembre 2011

Stéphanie Hochet, Desperate Housewives et les bonobos

Stéphanie Hochet, Desperate Housewives et les bonobosAvis aux gros mangeurs de séries tv  : le Dictionnaire des séries télévisées, l'anthologie de référence en la matière, vient de paraître aux éditions Philippe Rey (octobre 2011). Écrit par Nils Ahl, Benjamin Fau et une vingtaine de passionnés, cet ouvrage va bien au-delà du dictionnaire classique puisqu'il offre des commentaires critiques, mêlant pour le plus grand bonheur du spectateur-lecteur objectivité et subjectivité.
Parmi la vingtaine de plumes ayant succombé à la série-philie aiguë, cette pathologie foudroyante et hautement contagieuse (à en juger par l'audience quasi indécente de certaines séries tv qui se paient le luxe d'une diffusion en prime time) qui vous épingle à l'écran nuit et jour pendant toute une saison ou plus, Stéphanie Hochet, écrivain et critique littéraire, nous parle d'une série culte, Desperate Housewives. Si après huit années de diffusion et autant de saisons, la célèbre série américaine doit s'éteindre en mai 2012, elle continue à faire couler beaucoup d'encre, dont celle, savoureuse de Stéphanie Hochet... Interview exclusive.

Pour ouvrir la boîte de Pandore, c'est ici...
Bonus : Une fois n'est pas coutume, on commence par la fin... Alors, le mot de la fin ?
Stéphanie Hochet (Desparate Housewives) : « Puisque je ne suis pas une ménagère, et donc encore moins une ménagère désespérée, comment ai-je pu me laisser captiver par cette série dont les héroïnes sont de simples mères au foyer d’une banlieue américaine ? ». Vous aurez la réponse en lisant ma notice dans le Dictionnaire des séries télévisées (Nils Ahl, Benjamin Fau, aux éditions Philippe Rey, octobre 2011)…. 

Stéphanie Hochet au milieu des Desperate Housewives

« Desperate Housewives : drôle (parfois irrésistible), légèrement inquiétante, finement dérangeante. »

Stéphanie Hochet En quelques mots, de quoi parle la série ?
Dans une banlieue chic d’une ville américaine : la vie pas trop sage de celles qu’on avait cru reléguées aux tâches domestiques.
Comment décririez-vous l'atmosphère générale ?
Drôle (parfois irrésistible), légèrement inquiétante, finement dérangeante.

Stéphanie Hochet et les poupées russes de Desperate Housewives

« Desperate Housewives, c’est un peu le règne du matriarcat, la société des bonobos réalisée par les humains : un groupe de femmes fait régner l’ordre dans son quartier… »

Qu'avez-vous aimé dans cette série ?
Le scénario qui fait intervenir une narratrice d’outre-tombe (les morts sont parmi nous), le découpage de chaque épisode qui évoque les poupées russes (c’est particulièrement le cas de Desperate Housewives où chaque épisode se conclut par une épanadiplose, la fin renoue avec le début, à l’image de ce monde clos bien représenté par la banlieue où la vie est concentrée sur un territoire restreint et d’où l’intrigue ne peut s’échapper), le rythme, l’humour. Et bien que parfois agaçantes ou même odieuses ces ménagères sont extrêmement attachantes.
Avez-vous été captivée par la série (on commence et on ne s'arrête plus) ?
Oui, c’est une des plus addictives.
Cette série vous a-t-elle marquée (si oui, pourquoi) ?
Stéphanie Hochet, Desperate Housewives et les bonobosCe qui est très particulier avec Desperate Housewives c’est qu’on peut avoir des a priori, penser que des histoires de femmes au foyer, ça ne parle pas à grand monde. Mais en réalité, aucune série (à ma connaissance) ne parle autant du féminin. Les femmes sont puissantes quand elles s’allient entre elles. Desperate Housewives, c’est un peu le règne du matriarcat, la société des bonobos réalisée par les humains : un groupe de femmes fait régner l’ordre dans son quartier…Comme je le dis dans la notice, ce quartier de Wisteria Lane qui signifie L’allée des glycines me frappe par son voisinage phonique avec Hysteria. On connait l’étymologie d’hystérie… Mark Cherry, le réalisateur, semble s’amuser à démonter le préjugé misogyne.
Quelle est votre scène préférée ?
La scène où Edie  Britt (Nicollette Sheridan)  jette les cendres d’une vieille amie au visage de son ennemie Susan Mayer (Teri Hatcher). La scène est à voir, à raconter ce n’est pas pareil.
Qu'avez-vous moins aimé dans cette série ?
J’ai oublié quoi.

Stéphanie Hochet séduite par les quatre grâces de Desperate Housewives

« La capacité des femmes à avoir plusieurs vies, comme les chats.»

Les 3 Grâces (Louvre) Si vous deviez être l'un des personnages, quel serait-il ?
Aucun. Mais je peux reconnaître telle ou telle amie parfois : Untelle à quelque chose d’une Lynette (Felicity Huffman), etc.
Si vous pouviez changer quelque chose à l'intrigue (au scénario), que feriez-vous ?
Surtout ne toucher à rien, et puis je respecte trop le droit d’auteur.
Dans cette série, quelque chose vous a-t-il...
« choquée » ou dérangée ?
Non.
Fait peur ?
L’histoire du prisonnier enchaîné dans le sous-sol d’une maison récemment vendue.
Les allusions à la pédophilie.
Troublée ?
La sexualité de Bree Van de Kamp (Marcia Cross).
Bree Van de Kamp et Orson Hodge, en images :


Interpelée ?
La capacité des femmes à avoir plusieurs vies, comme les chats.
Si vous deviez rapprocher cette série d'un livre ou d'un auteur, ce serait ?
Madame Bovary, version comique.
Si vous deviez rapprocher cette série d'un film ou d'une autre série, ce serait ?
Weeds, car la aussi une femme lutte contre l’enfermement de la vie de banlieue.
Si vous deviez rapprocher cette série d'une peinture ou d'une sculpture, ce serait ?
Les Trois Grâces (copie romaine d'une œuvre grecque, Ier siècle apr. J.-C., Musée archéologique national, Naples).


Interview réalisée par Cécile Duclos le 29 novembre 2011

Dictionnaire des séries télévisées, Nils Ahl, Benjamin Fau, aux éditions Philippe Rey, octobre 2011.
Stéphanie Hochet a collaboré à l'écriture de l'ouvrage.

Retrouvez Stéphanie Hochet sur la toile :
Son blog officiel
Sur Wikipedia
Sur myspace

Bibliographie de Stéphanie Hochet :
Moutarde douce, éditions Robert Laffont, 2001 
Le Néant de Léon, éditions Stock, 2003
L'Apocalypse selon Embrun, éditions Stock, 2004
Les Infernales, éditions Stock, 2005
Je ne connais pas ma force, éditions Fayard, 2007
Combat de l'amour et de la faim, éditions Fayard, 2009 (Prix Lilas)
La distribution des lumières, Flammarion, 2010 (Prix Thyde Monnier de la Société des Gens de Lettres)


Mon espace conso
Le Dictionnaire des séries télévisées
Dictionnaire des séries télévisées, Nils Ahl, Benjamin Fau, aux éditions Philippe Rey, octobre 2011.
Desperate Housewives, la dernière saison en DVD
Desperate Housewives, saison 7, avec Teri Hatcher, Felicity Huffman, Marcia Cross, sortie le 7 décembre 2011 - Coffret 6 DVD.
Voir tous les produits (DVD, livres, etc.) autour de la série Desparate Housewives
Le dernier roman de Stéphanie Hochet 
La Distribution des lumières, Stéphanie Hochet, Flammarion, août 2010.
Voir tous les livres de Stéphanie Hochet



Articles liés

1 commentaires:

D Entertainment a dit…


Lương Ngọc tràn đầy ngạc nhiên nhìn Nhạc Thành, chuyện này không thê tiếp nhận, nguyên bản hắn còn muốn làm nhục Nhạc Thành một cái nhưng hiện tại khí tức của Nhạc Thành khiến hắn có một cảm giác tuyệt vọng.
đồng tâm
game mu
cho thuê phòng trọ
cho thuê phòng trọ
nhac san cuc manh
tư vấn pháp luật qua điện thoại
văn phòng luật
số điện thoại tư vấn luật
dịch vụ thành lập doanh nghiệp
Khuôn mặt của Tư Mã Xương Bình kinh ngạc nhìn Nhạc Thành trên đài, sau đó mừng rỡ như điên:

- Con rể ta cũng là ngũ phẩm luyện dược sư, lần này phát tài rồi.

- Người này hóa ra che giấu sâu như vậy, hắn cũng là ngũ phẩm luyện dược sư.

Tư Mã Yên Nhiên nhịn không được mà mừng rỡ, chuyện này đều nằm ngoài ý muốn của nàng.

Năm thế lực lớn cùng với Tiên Cảnh Tông tất cả đều bị Nhạc Thành làm cho kinh ngạc, lần đại hội này có tới ba ngũ phẩm luyện dược sư, nếu như tông chủ biết được sẽ rất vui vẻ.

Đối với những sự kinh ngạc bên ngoài những người tham gia dự thi dĩ nhiên cũng không dám phân tâm, trên đài mười người đều tập trung toàn bộ tinh thần

Enregistrer un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Best WordPress Themes